Detection 16

introduction a la prospection

Introduction à la Prospection




* Qu'est-ce que la prospection ?

La prospection est un loisir (et je tiens à insister sur ce point) qui consiste à rechercher (principalement dans le sol) et à exhumer des objets métalliques grâce à l'utilisation d'un détecteur de métaux.


 * Quel est l’intérêt d’une telle pratique ?

 Le plaisir de parcourir la nature, d'avoir les mains dans la terre, la joie de retrouver un objet perdu 1, 2, 10, 300 ans auparavant, de le tenir dans ses mains et d’imaginer l’histoire qui pouvait être associée à cet objet et à son propriétaire. La valeur des trouvailles n’est souvent que symbolique, mais elle est toujours sentimentale.

Le mythe du " chasseur de trésor " pilleur de patrimoine est heureusement bien loin de la réalité du prospecteur moyen, qui est avant tout un amoureux de la nature et un passionné de vieilles histoires. Tant que les pouvoirs publics ne comprendront pas ça, ne changeront pas les lois et continueront à considérer les prospecteurs comme des brigands, plutôt qu'une aide potentielle, la situation sera vouée au statu quo.

Je vous invite à ce propos à lire le très intéressant article d'André Schoellen (archéologue au Luxembourg) :
"Du bon usage des détecteurs de métaux".


 * Que trouve-t-on en pratiquant la prospection ?

- Beaucoup de déchets métalliques (mais la satisfaction de nettoyer un terrain de ses déchets n’est-elle pas aussi importante que celle d’y découvrir une pièce ?), de nombreuses cartouches de chasse (les chasseurs se disent défenseurs de la nature… Avant de la défendre, ils feraient mieux de la respecter !), des canettes, des papiers d’aluminium, etc. …

- Des objets divers et variés : fers à cheval, boucles d’attelages, boutons de vêtements, objets usuels (dés à coudre, fourchettes), etc.…

- Quelques pièces de toutes époques (modernes, du siècle dernier, du 17ème siècle, etc. …). Les pièces trouvées sont en général très communes, quelles que soient leurs époques (pièces trouées, double tournois, liards de France, 10 centimes Napoléon III, etc. …), donc de faible valeur (surtout que leur état est souvent très médiocre), mais elles apportent toujours une grande satisfaction au prospecteur qui en fait la découverte. Les recherches qui amènent à l’identification d'un objet sont parfois plus palpitantes que la prospection elle-même (je me souviens avec délectation des heures passées à l’identification de mon premier double tournois, tout oxydé et à peine lisible…).


 * Où se pratique la prospection ?

Partout où il vous est possible d'obtenir une autorisation du propriétaire du terrain ! En théorie, une autorisation préfectorale est indispensable pour prospecter (bien que près de 100% des prospecteurs ne cherchent rien de particulier et prospectent sans but archéologique ou historique). en pratique, ces dernières sont tellement difficiles à obtenir, que le prospecteur se contente généralement de l'autorisation du propriétaire (en prenant par là le risque d'enfreindre une loi fort mal faite)...

Attention, certains sites sont particulièrement interdits à la prospection sans autorisation officielle : les sites archéologiques (qu'ils soient ou non en cours de fouille) et les endroits soumis à une interdiction préfectorale ou municipale (certaines plages du littoral comme Deauville ou Trouville, les départements de la Somme et de l'Oise, ...). Renseignez-vous toujours avant de prospecter : un site interdit n'est pas forcement indiqué ! Ne risquez pas le tribunal bêtement !


* Se pratique-t-elle librement ?

Je vous l'ai dit : en théorie une autorisation préfectorale est nécessaire. Mais c'est de la théorie...
Si les lois et la jurisprudence étaient suivies à la lettre, personne n'irait prospecter, notre loisir serait mort et les vendeurs de détecteurs et de presse spécialisée feraient tous faillite !

En gros, si vous ne voulez pas vous livrer particulièrement à la recherche d'objets pouvant intéresser l'histoire ou la numismatique et si vous prospectez un peu au hasard (comme le fait la majorité des prospecteurs), l'autorisation du propriétaire du terrain devrait suffire ! Les autorités sont en général tolérantes, ce qui n'empêche pas de temps en temps de tomber sur des fonctionnaires zélés (voir l'anecdote de la page lois).

Par principe, on doit toujours avoir l'autorisation du propriétaire du terrain sur lequel on veut prospecter. Libre à vous de faire ce que vous voulez, mais aimeriez-vous que quelqu'un vienne dans votre jardin pour y creuser des trous sans vous le demander ? Par le simple respect de cette règle, c'est la crédibilité et l'avenir de notre hobby qui se jouent ! Et mieux vaut être "réglo" si vous voulez pouvoir revenir prospecter plus tard au même endroit !
L'idéal est d'obtenir une autorisation écrite. Cela évite tout malentendu et suffit souvent à calmer les gendarmes en cas de contrôle.

Il faut noter que tout terrain (même public), a un propriétaire : les forêts domaniales sont contrôlées par l'O.N.F., les terrains communaux dépendent des mairies, etc... Que faire alors ? Eh bien, tout simplement allez voir les gardes forestiers ou le maire pour leur expliquer vos intentions. Ça ne marchera peut-être pas à tous les coups, mais vous aurez l'avantage de pouvoir partir serein en cas d'accord. Dites-leur bien que vous faites de la prospection de loisir sans but archéologique et que vous ne recherchez rien de particulier. Donnez-leur aussi rendez-vous le soir même ou le lendemain pour leur montrer vos découvertes (idem pour les agriculteurs), même si elles n'ont pas de valeur.

En cas de découverte importante (trésor, vestiges, etc...), déclarez-la immédiatement auprès de la DRAC locale (au à défaut à la mairie), en essayant de préserver au maximum le site (lorsque vous n'avez plus de doute sur l'importance de votre trouvaille, stoppez tout ! Même si sans vous le site n'aurait peut-être jamais été découvert, chaque coup de pelle risque de détruire des indices importants pour les archéologues !)

Pour conclure, je dirais que le travail des archéologues et la passion des prospecteurs sont deux choses bien distinctes, qui doivent et qui peuvent (j’en suis convaincu) se compléter dans une entente réciproque, sans équivoque et en toute confiance !

Les conditions sont simples : que l’on fasse un peu plus confiance aux prospecteurs et que les prospecteurs de leur côté se plient tous à la même discipline : celle du respect du patrimoine !



16/06/2007
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres